Poésies

Souffrance adolescente

ado.jpg

Souffrance adolescente si nous savions apaiser vos douleurs

SI nous savions assez tôt écouter votre plainte

Vous ne seriez pas si nombreux à frôler l’abîme

A flirter avec l’invisible frontière de votre vie.

 

On vous dit révoltés, impudents, souvent inconscients

Mais qu’a t’on fait pour vous éviter la chute ?

Que l’on regarde bien vos vies, nous trouverons réponse

Car de l’égoisme des grands vous êtes souvent victimes.

 

Pères, mères, nous portons tous en nous responsabilité

Raison à vos tracas, réponses à vous douleurs

Pris par l’ambition, l’égoisme ou les difficultés de la vie

Vous êtes les otages d’une carrière, des turpitudes de l’amour et bien d’autres raisons encore

 

Mais vous n’avez que faire de tout cela

Ce que vous voulez simplement c’est être aimés, écoutés

Si l’on savait tous ces dégâts que peuvent engendrer nos humeurs

Vous ferait on moins paumés, plus heureux ?

 

Peut être oui, peut être pas car il est une chose certaine

L’adolescence est une initiation à la vie

Et comme dans toute étape il y a douleur et questions

Vous cherchez, vous construisez dans un cri.

 

Certains étouffés par une souffrance impossible à exprimer 

Parce que trop profonde et incomprise s’engouffreront vers l’abîme

D’autres bien plus chanceux et heureusement plus nombreux

Reviendront parmi nous pour un jour écouter et aimer à leur tour.

 

De l’adolescence nous irons tous 

Vers une vie que nous vous devrons

Nous serons ce que vous aurez fait de nous

A moins qu’une main se tende pour nous aider à être Nous. 

 

Texte inspiré en 2006 

Ma solitude

solitude.jpg

Parfois belle, trop souvent déroutante, je te vis au jour le jour, au fil des mois et des ans

Je t’aime parce que tu me ressources, je te hais parce que tu me rends triste.

Tu me renvoies souvent en pleine face les erreurs de mes jours, les pensées de ma vie

Mais tu es là comme une compagne. Contradiction ? 

 

Parfois appelée liberté, parfois enfermement, tristesse ou gaieté , lisez la différence

Je t’apprécie pour le calme, la mise à nue que tu me permets

Je te déteste pour l’écho que me renvoient tes silences.

 

La parole n’est plus que dans des mots couchés sur ce papier

Que je lis et relis sans relâche pour ne pas perdre mes pensées

Je puise au fond de mon vécu qui m’aide à supporter.

 

Je me suis enrichie de ce tout que j’ai reçu, ressenti et vécu

Solitude que souvent je méprise, je dois bien reconnaître que tu m’as fort aidée

A ce retour en moi oh combien nécessaire pour apprécier la joie du plaisir de donner.

 

Solitude tu m’as permis de regarder en moi, de me poser qestions

Sur l’essence même de ma vie, de mes choix, de mes cheminements.

Ce que tu m’as renvoyée ne me plaît pas toujours, mais il m’appartient d’en tirer leçons.

 

On peut accompagné, vivre en solitude car du peu partagé se crée l’abîme.

Il faut qu’entre les êtres la parole soit, car si je ne dis pas, comment l’autre saura ?

Ce que je suis, ce que j’espère, ce que j’attends de la vie..

En fait la solitude, ce n’est pas être seul, c’est ne pas pas partager, je crois

 

Texte écrit en 2009

Le doute

doute.jpg

 

Qui n’a jamais douté de sa vie ?

Doute de l’existence, doute des sentiments 

Doute de soi, doute de l’autre .

Doute, tu pourris tout.

Quand la confiance est là tout est si simple

Tout roule, tout coule, comme le sang dans nos veines.

 

Il suffit qu’il s’installe et la souffrance rentre

De pore en pore, elle s’infiltre pour ne laisser en nous

Que peur et amertume, questions et suspiscion

Mais qui de nous ou du doute doit avoir raison ?

Qui laisse entrer le doute si ce n’est nous ?

Comme on a à choisir entre souffrance et joie

Pourquoi se refuser ce que le coeur espère ?

 

Quand il pointe son nez, il nous faut décider

Qui de lui ou de nous à l’autre fera pied de nez.

A nous de choisir entre paix et tourments

Car de l’un ou de l’autre nous sommes les seuls maîtres.

Plus de plaintes, plus de peurs,

Vous qui avez choisi de douter ou de croire

Vous avez dans vos mains les clefs de votre maison.

Vous ferez de vos vies, vie d’amour et de joie

Ou choissirez l’enfer et la souffrance.

C’est à vous seuls que vous devrez des comptes

 

J’ai douté comme vous et souffert de retour

Mais je sais aujourd’hui qu’il est un choix

Entre confort et combat que je dois faire

Avoir confiance et croire ou douter et souffrir

Me refuser cela c’est vous refuser à vous 

La paix et la joie que chacun espère.

 

Le choix est donc bien simple et que ne l’a t-il été plus tôt

C’est pour vous et pour moi que du doute ne veux plus

Je ne veux à présent que paix et bien être

Je ne veux autour de moi que bonheur et joie.

Les erreurs de la vie nous transforment

Prendre conscience que ce n’est que de soi dont dépend le bonheur

Revoir le sourire et l’espoir sur des visages aimés

Suffit à me prouver que la bataille n’est pas veine.

Apprendre à ne plus douter n’est pas chose aisée

Mais quel bonheur de vaincre si vous saviez. 

 

Réflexions 2005

Rencontres

 

couple

 

Rencontre utérine dans la douceur de l’obscurité

Plongée dans ce liquide, tu m’as donné la vie.

Rencontre avec la vie, assaillie de lumière

J’ai dû fermer les yeux pour mieux vous ressentir.

Rencontre avec moi même, j’ai découvert mon corps

Je l’ai aimé, haï, mais il est mien et ne peux le refaire.

Rencontre avec le vent, la pluie, le monde

J’ai fait mes premiers pas dans la chaleur de vos bras.

Rencontre avec la joie, les craintes et tous ces sentiments

Qui font ce qu’aujourd’hui nous sommes.

Rencontre des premiers émois, découverte de sensations nouvelles

Pour un jour nous aussi construire  notre vie.

Rencontre d’un enfant que nous verrons grandir

Qui nous apportera à son tour joies et craintes.

Il deviendra notre force, pour lui nous grandirons encore

Nous apprendrons de lui car on devient parent tout au long d’une vie.

Et puis la vie nous meurtrira

Rencontre avec la mort, amère et douloureuse

Rencontre de l’impuissance, de la révolte même.

Et il nous faut guérir, il faut se reconstruire

Accepter la perte pour ne plus en souffrir.

Sur notre route nous ferons bien d’autres rencontres

Plaisantes ou ennuyeuses, mais nous cherchons encore 

Celui ou celle qui saura nous toucher, nous aimer

Pour à deux ou ensemble poursuivre notre vie.

Cette quête peut être longue mais pas d’impatience,

Nous allons toujours à la rencontre de la vie

Texte écrit en  2004

Rbcomputerhelp.com | Myredkitchen.com | Cameronnursingcenter.com | Starafricanair.com | Oh-ic.com | Mesmesinfo.com | Brandonmulnix.com | Zenecaagproducts.com
Rbcomputerhelp.com | Myredkitchen.com | Cameronnursingcenter.com | Starafricanair.com | Oh-ic.com | Mesmesinfo.com | Brandonmulnix.com | Zenecaagproducts.com